Nomadisme poétique

 
 
 
 

Une  entrée dans les paysages internes et externes autour d’un dialogue entre pratique et poétique du corps et de l’esprit: une poésie du vivant.

lNous arpentons le paysage à travers des expériences sensorielles, collectives et participatives: nous explorons notre capacité de relation, de perception et de composition avec le paysage.

Nous évoluons dans une partition guidée, pouvant être ponctuée par la complicités d’artistes.

Cette immersion paysagère devient une oeuvre artistique à l’oeuvre.

 

Explorer  avec sa peau, ses os, ses muscles pour aller vers ses pensées et ses imaginaires: Multiplier les états de présence entre pratiques éco-somatiques et contemplatives.

Une invitation au silence, à la lenteur, à l’immobilité, à l’observation pour se réjouir le coeur, le l’oeil et l’esprit.

Elargir sa vision vers l’extra-ordinaire.

Il s’agit de marcher pour questionner le corps dans l’espace, d’arpenter les territoires de l’esprit.

Devenir topo-sensible / Epouser la gravité, le proche, le lointain, le détail..

Se laisser toucher par la rencontrer d’une pierre, d’un animal, d’une feuille.

Se faire promeneur “écoutant” de la rivière, du vent, de la pluie, du langage des oiseaux…Cueillir la forêt.

              “Dans un lieu de pierre, sois secret et exulte car de toutes les choses connues, c’est le plus difficile”.Yeats

Mettre en jeu les regards: voir le monde à l’envers, à travers les paupières à 360°…Etre témoin perceptif, éveiller sa curiosité, se connecter au mouvement et à l’environnement.Glaner des matières, recycler en composition hybride un auto-portrait à la manière d’un “land art plastique”.

Etre “événement” du paysage dans des chorégraphies de corps.Suivre les sentiers d’une géo-esthétique.

Visiter les notions de temps et d’espace à travers des marches silencieuses, en aveugle, à l’écoute, à reculons, lentement…Marcher à l’aube, de nuit…en solo, en duo, en groupe.

La marche comme la danse appartient à l’instant.

Cheminer dans une météorologie du corps / Flâner dans une pensée du dehors.

Le dessin et l’écriture soutiennent nos arrêts, nos partages, nos fragments et nos traces: écriture paysagère, animiste, cosmique, haïkus…Les explorations ou partitions proposées permettent d’envisager le corps comme “géographie de relation” entre le groupe, soi et la paysage.

Télécharger le dossier: Nomadisme poétique